Mission

Notre objectif est de rendre les écrits plus faciles à lire, plus compréhensibles. Cela signifie pour nous de diminuer
les efforts de lecture et de maintenir l’intérêt du lecteur, tout en tenant compte de sa littératie.

Diminuer les efforts de lecture

Lire exige des efforts d'attention, de concentration, de décodage, d'interprétation, d'analyse, d'appropriation puisqu'il faut :

  • survoler le document
  • décider si le sujet vaut la peine qu'on s'y attarde
  • lire le début ou lire en diagonale
  • comprendre ce qui est lu
  • interpréter ce que cela implique
  • décider si on poursuit la lecture...

Puisque la lecture est une activité exigeante en soi, nous nous assurons d’éviter les obstacles à la compréhension. Ainsi, nous adaptons les contenus de sorte que :

  • le vocabulaire utilisé soit connu des lecteurs;
  • les termes techniques soient expliqués;
  • les phrases ne contiennent qu’une seule idée;
  • la réalité présentée puisse être raccrochée à des connaissances
    du lecteur;
  • les idées soient faciles à lier
    entre elles;
  • le lecteur sait où le texte le mènera;
  • le lecteur sait ce qui est attendu
    de lui.

Maintenir l'intérêt du lecteur

Un texte exigeant peu d'efforts de la part du récepteur peut néanmoins être ennuyeux. La meilleure façon de maintenir l'intérêt du récepteur est de le connaître et de le lui montrer en personnalisant le texte.

Connaître son lecteur signifie que l’on cherchera à décrire :

  • ses caractéristiques sociodémographiques (âge, sexe, statut civil, lieu de résidence, etc.)
  • ses caractéristiques psychosociologiques (valeurs, croyances, préjugés, motivations, freins, etc.)
  • ses connaissances (de l'organisation et de son fonctionnement, du sujet traité, des sujets connexes, etc.)
  • ses intérêts, ses préoccupations, ses besoins de toutes sortes
  • ses compétences en lecture

Ce qui nous amène à aborder la littératie.

Tenir compte de la littératie

La littératie est une compétence en lecture qui peut varier tout au long d’une vie : en s’améliorant ou en s’appauvrissant. Tenir compte de
la littératie signifie de considérer les compétences nécessaires pour comprendre et utiliser une information. Cela renvoie à toutes les capacités
de lecture du lecteur, bien sûr,
mais aussi à :

  • ses habitudes et ses préférences de lecture,
  • ses capacités de déduction et d’interprétation de l’information,
  • ses habiletés à comprendre des illustrations, des données chiffrées, des textes schématiques (schémas, tableaux, graphiques), etc.

Compétences en littératie des Québécois : une autre raison d’adapter les contenus

Selon les données de l’Enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes (EIACA) menée en 2003 par Statistique Canada et l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), plus de la moitié (54%) de la population québécoise n’est pas fonctionnelle dans la société actuelle. Cela signifie pour la personne qu’elle ne détient pas les compétences nécessaires « pour comprendre et utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité dans le but d’atteindre ses buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités. »1 Ces données viennent renforcer l’importance d’adapter les contenus aux compétences des gens.

1LEGENDRE, Renald (2005) Dictionnaire actuel de l’éducation, 3e édition, Montréal, Guérin, p. 841.